Prévisions dans l’ouest – 6 à 10

Ducks d'Anaheim 6. Ducks d’Anaheim

Les Ducks d’Anaheim sont en chute depuis la conquête de la Coupe Stanley.  Malgré tout, les Ducks ont bien performé pendant les séries éliminatoires de 2008-2009.  Ils ont éliminé les Sharks de San Jose, pourtant en tête de la conférence Ouest et ont tenu tête aux Red Wings en forçant un 7e match qui s’est terminé en prolongation.

Le futur des Ducks passe sans contredit par le talent offensif de Ryan Getzlaf, que le Canadien aurait d’ailleurs pu repêcher, préférant malheureusement le biélorusse Andrei Kostitsyn.  Il évoluera de nouveau avec Corey Perry et Bobby Ryan.  Ryan a finalement complété une année digne de son talent avec 31 et 26 passes et il vient ainsi de sécuriser son rôle au sein de premier trio.

La venue de Lupul et de Koivu viendra ajouter un talent considérable à la deuxième ligne.  Selanne joue probablement la dernière saison de sa carrière et l’arrivée de son grand ami de longue date Saku ajoutera une motivation supplémentaire au vétéran.  Koivu livrera une saison remarquable, histoire de prouver qu’il est encore un joueur de premier plan.  Par contre, les 3e et 4e trios sont quelconques et un certain manque de profondeur pourrait être couteux.

À la défensive, on dénote de très lourdes pertes pour les Ducks en Chris Pronger, François Beauchemin et Bret Hedican.  Le club vient ainsi de perdre beaucoup de sa robustesse.  Heureusement, Niedermayer sera de retour pour une autre saison.  L’arrivée tardive la saison dernière de Ryan Whitney et de James Wisniewski feront un grand bien.  Whitney devra tenter de combler le trou en avantage numérique, alors que Chris Pronger jouait en moyenne 27 minutes par match.

Du côté des gardiens de but, Hiller est venu déloger Giguère pour qui rien ne va plus.  La confiance de Giguère a été sévèrement ébranlée.  Hiller aura un rôle de gardien numéro un, mais il est toujours bon de savoir que l’on peut compter sur un vétéran aussi talentueux que Giguère.

Blues de St-Louis 7. Blues de St-Louis

Les Blues de St-Louis sont entrés dans les séries par la porte d’en arrière.  La deuxième moitié de saison s’est soldée par pas moins de 25 victoires, 7 défaites en prolongation et seulement 9 défaites en temps réglementaire.  Une année surprenante malgré les innombrables blessures.

Brad Boyes n’a manqué qu’un seul match en 4 ans et pour une 2e année consécutive, il a terminé en tête des pointeurs des Blues; il réitérera pour une 3e année consécutive.  Le robuste ailier David Backes a bien rempli le vide causé par les blessures et a causé une belle surprise alors qu’il a compté plus de 30 buts.  Flanqué de Kariya qui avait manqué 70 matchs et de Boyes, il ne pourra qu’améliorer ses chiffres.

Andy McDonald avait manqué presque 40 matchs et il pourra lui aussi jouer son rôle au sein du 2e trio avec David Perron qui semble n’avoir aucune difficulté à s’ajuster au rang majeur.  Le trio devrait être complété par Berglund auteur de 21 buts et 26 passes.  N’oublions pas Keith Tkachuk et T.J. Oshie.  Voilà l’exemple parfait de la profondeur des Blues.

À la défense, le retour d’Erik Johnson et Eric Brewer sera grandement bénéfique.  Par contre, Brewer demeure un cas douteux, car il a subi plusieurs opérations au dos.  Barret Jackman devra améliorer son jeu pour faire oublier son différentiel de -17.  Colaiacovo jouera un rôle plus important, lui qui démontre de belles habilités de passeur.  La défensive sera complétée par Roman Polak et Mike Weaver qui ont bénéficié de beaucoup de temps de glace à cause des blessés.

Devant le filet, Chris Mason a très bien fait en 2e moitié de calendrier.  L’embauche de Ty Conklin pour le seconder est une excellente addition ne sachant pas si Mason pourra bien faire pour une saison entière.

Blue Jackets de Columbus 8. Blue Jackets de Columbus

Les Blue Jackets ont finalement accédé aux séries éliminatoires pour la première fois depuis leur création.  L’aventure n’aura pas été longue, mais c’est exactement ce dont le club avait besoin pour obtenir le respect de tous.

Rick Nash a signé un contrat de très long terme avec Columbus.  Il y jouera jusqu’à 2017-1018.  Un geste de confiance envers le club qui peut finalement regarder le futur avec optimisme.  Il dirigera l’attaque des Jackets qui compte désormais deux trios capables de marquer.

Antoine Vermette a un rôle de premier plan au sein de l’équipe.  Il évoluera possiblement sur la 1ere ligne d’attaque avec Kristian Huselius et Nash, à moins que l’on préfère Derek Brassard pour ce rôle.  Brassard avait connu un début de saison explosif et on le voyait déjà remporter le Calder.  Malheureusement, sa saison s’est terminée par une blessure grave à l’épaule.  Ses camarades de jeux Jakub Voracek et Nikita Filatov sont deux joueurs très rapides avec de grands potentiels.  Filatov obtiendra plus de temps de glace cette saison et il pourra faire valoir son talent de marqueur.  Seul point négatif pour ses effectifs, la robustesse.  L’arrivée de R.J. Umberger amènera une belle expérience et un modèle intéressant pour la jeunesse.

Malheureusement, la défensive des Blue Jackets n’est vraiment pas impressionnante.  Elle est composée de joueurs intelligents, mais qui manque de talent et surtout de polyvalence; les Jackets ont terminé au 30e rang pour l’avantage numérique.  La paire la plus intéressante est constituée de Klesla et Tyutin, ce qui démontre le manque de profondeur.

La plus belle surprise de la saison 2008-2009 est le jeune Steve Mason.  Il a remporté le trophée Calder et terminé au 2e rang en nomination pour le trophée Vézina.  Puisque Pascal Leclaire était trop souvent blessé, les Jackets l’ont échangé aux Sénateurs d’Ottawa.  Pour ne pas mettre le club en péril si Mason subit la ‘malédiction de la deuxième année’, les Jackets ont signé Mathieu Garon, qui constitue un plan B acceptable.

Ducks d'Anaheim 9. Oilers d’Edmonton

Le règne MacTavish est finalement terminé et Pat Quinn s’amène derrière le banc des Oilers.  Accompagné de Tom Renney comme assistant, il aura comme tâche de capitaliser sur la jeunesse qui abonde dans les rangs offensifs du club.  Cependant, il est fort à parier que les Oilers manqueront les séries pour une 4e année consécutive.

Incapables de conclure l’échange de Dany Heatley, les Oilers ne possèdent aucun joueur spectaculaire et de premier  niveau.  À l’exception possible d’Ales Hemsky et de Shawn Horcoff, aucun des attaquants n’inscrira plus de 60 points.  Il ne faudra pas compter sur Dustin Penner qui demeure le joueur le plus surévalué d’Edmonton.

Edmonton misera sur le petit, mais très rapide Andrew Cogliano et sur le créatif Sam Gagner qui souffrait d’inconstance lors de la dernière saison.  Nilsson devra quant à lui s’imposer davantage sur le plan physique tandis que le jeune centre Patrick O’Sullivan causera une belle surprise.

Les Oilers possèdent une défensive particulièrement redoutable en avantage numérique, car elle déborde de défenseur-offensif.  Sheldon Souray, Lubomir Visnovsky, Tom Gilbert et le jeune Grebeshkov sont tous capables de faire circuler la rondelle et de tirer au but.  Ce ne sont malheureusement pas les défenseurs les plus fiables dans leur propre zone.

Tambellini a signé Nikolai Khabibulin qui est capable du meilleur comme du pire.  Il est difficile de savoir ce qu’il peut offrir à 36 ans.  Jeff Drouin-Deslauriers a peu d’expérience et il ne faut pas s’attendre à ce qu’il sauve les meubles si le ‘Bulin Wall’ ne s’érige pas.

Ducks d'Anaheim 10. Stars de Dallas

Les Stars de Dallas seront dans une année de transition et les espoirs de participer aux séries seront très faibles, voire inexistants.  On a d’abord remplacé le directeur général par Joe Nieuwendyk et donné le poste d’entraîneur à Marc Crawford, malgré les rumeurs qui voulaient que le poste revienne à Guy Carbonneau.

Le noyau offensif est constitué de vétérans solides et fiables, mais trop peu nombreux.  Brad Richards est un joueur que l’on considère surévalué, mais qui réussi quand même à créer de belles occasions de marquées et qui alimente relativement bien ses ailiers.  Mike Ribeiro est le meilleur élément offensif du club et cette année il devra à nouveau compenser pour un manque de profondeur. Brenden Morrow est de retour après une longue et pénible blessure et gageons qu’il n’a pas perdu son talent offensif.

Il y a bien quelques jeunes au potentiel intéressant.  Loui Eriksson a compté 36 buts l’an dernier, mais il a possiblement joué au-delà de son talent.  Une 2e année nous indiquera ce dont il est vraiment capable.  James Neal en est un autre qui a bien fait avec 24 buts et 13 passes, mais il manque de créativité et doit être alimenté.  Il possède un talent non négligeable sur les tirs de barrage, ayant réussi 5 tentatives sur 7.  Fabian Brunnstrom a causé des déceptions et on est en droit de penser que ses jours sont comptés avec l’organisation.

La défensive des Stars a été décimée par le départ de Zubov, Boucher et Sydor.  Il ne reste aucun défenseur de premier plan.  En fait, le meilleur talent défensif est Stéphane Robidas qui a terminé la saison 2008-2009 avec le meilleur différentiel.  Malheureusement, lui et les autres membres de la ligne bleue sont incapables d’appuyer l’avantage numérique de façon continue.  Il y a un peu d’espoir avec les jeunes défenseurs-offensifs Matt Niskanen et Trevor Dailey, mais leur jeu défensif est peu convaincant.

Le gardien de but Marty Turco a connu la pire saison de sa carrière.  Il est en dernière année de contrat et il devra réajuster le tir, sans quoi le gardien de 34 ans pourrait se retrouver au bureau de chômage.  Alex Auld échangé pas moins de 6 fois en 5 ans vient en renfort à Turco, mais le manque de stabilité des dernières années en fait un choix douteux.

  • Share/Bookmark

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire